5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 20:36

 

MARIE MERE DE JESUS ET LES ‘‘ON DIT’’    

 


[glories-olhc8a.jpg]

Chers amis en Yéshoua le Messie shalom.

Je reviens ici sur un sujet qui me touche bien et qui me pousse à alerter d'autres personnes pour qu'elles ne garde pas la même ignorence que moi pour longtemps.

            Né d’une famille catholique romaine, j’avais logiquement dès mon enfance appris les doctrines de l’Eglise de mes parents ; Ces doctrines dont seul le catéchisme est l’outil de base. En tant qu’enfant actif, j’avais milité dans l’A.C.E. et par la suite dans la J.E.C. qui étaient des mouvements dans l’Eglise.

Vu les grandes constructions et architectures  haut de gamme, les habits somptueux des prêtres et les cérémonies dans les messes, je n’avais plus besoin de demander conseil ailleurs pour comprendre que nous étions la meilleure de toutes les dénominations.

 Mon inquiétude commença lorsque, étant déjà au lycée, mon ami me fit lire les dix commandements dans la bible. Je vis que le deuxième commandement de ce livre sacré n’existait pas dans le catéchisme. En recherchant pourquoi j’avais toujours dix commandements alors qu’un manquait, ma curiosité me fit voir que le dixième commandement dans la bible fut divisé en deux dans le catéchisme pour compléter le nombre. Ce fut là le début de mon engagement dans les recherches bibliques.

Ce deuxième commandement de la Bible dit : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en  haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, L’Eternel ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punit l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fait miséricorde jusqu’en mille générations de ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. » (Exode 20 :4-6)

Le Catéchiste pouvait-il donc se tromper ? Si oui, mais pas le prêtre. Retourné voir ce dernier pour avoir une raison valable d’abandon du deuxième commandement, il ne me convainc pas. A la question de savoir pourquoi on se prosternait devant les statues dites de Marie et autres, il me dit que c’était pour les vénérer et non les adorer. Dans les enseignements reçus de mon catéchiste, je me disais que Marie est quand même au ciel bien qu’en réalité elle n’y soit pas. Mais le commandement dit : «  … Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en  haut dans les cieux,… ».  Donc encore une fois de plus, on n’avait aucune raison de la représenter même si elle était réellement au ciel.

LES PHOTOS REPRESENTEES

Deutéronome 4 :15-16 ,23-26

            Au temps de Marie femme de Joseph et de Jésus le messie,  Il n’y avait pas d’appareil photo. La photographie est née plus d’une dizaine de siècle après Jésus. De qui  sont donc ces photos dont nous vénérions pour ne pas dire adorions? Ce qui est d’emblée sûre, c’est qu’elles ne sont ni de Marie, ni de Jésus. Et comme ces images  et ces statues ne sont la photo de personne d’entre ceux dont on présente, se prosterner devant elles n’est pas différent de se prosterner devant une pierre ou un morceau de bois, pourvu qu’on lui donne un nom. C’est de l’idolâtrie masquée.

Il est vrai et pas mal qu’on puisse garder chez soi la photo d’un être cher, pas pour en faire un objet d’adoration, pourvu que ce soit la photo réelle de la personne. Mais imaginez que quelqu’un qui n’a jamais vu votre cher disparu se propose de le dessiner ou de faire sa statue pour que vous les gardiez ! Serez-vous prêt à accepter cela ? C’est ce qui s’est passé avec les photos et les statues dites de Marie mère de Jésus, de Joseph, de Jésus lui-même et bien d’autres, que nous avons aujourd’hui et qu’on en a fait par elles des idolâtres.

Personne, même au deuxième siècle après J.C. ne pouvait témoigner avoir vu le messie ou Joseph ou Marie. Or l’église qui fit entrer les statues dans son sein en premier est née après le deuxième siècle de notre ère. Retenons donc  que les images et les statues que nous voyons dans les églises, dans la cour, ou dans des lieux dits sacrés, ne ressemblent en rien aux personnes dont on prétend représenter.  Ce ne sont que des dessins et des statues qui subissent un nom étranger. Dans ce cas, pouvons-nous dire aux parents qui ont des arbres ou des pierres ou des crânes ou des animaux  qu’ils adorent, qu’ils font de l’idolâtrie ?  Y a-t-il une sainte idolâtrie ? Que l’Eglise fasse une différence en respectant le « Il est écrit » et non le « on peut aussi ».

  VOUS ADORER CE QUE VOUS NE CONNAISSEZ PAS.  

            Ceux qui se prosternent devant des statues adorent ce qu’ils ne connaissent pas, comme nous allons le voir plus bas. Dans sa conversation avec la femme Samaritaine, Yéshoua souligna quelque chose de très important. Il dit : « Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le père demande. Dieu est esprit, et il faut que  ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. » (Jean 4 :24). Le Seigneur ajoute : « Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme la porte et pries ton père qui est là dans le lieu secret ; et ton père qui voit dans le secret, te le rendra. »(Matthieu 6 :6)

Il n’y a pas lieu ici de s’agenouiller ou de se prosterner devant une statue. Agir ainsi c’est se détourner de celui qui est Esprit, le vrai Dieu, pour s’adresser à celui qu’on voit, le faux dieu qui ne peut ni voir, ni entendre. Je ne fais pas mal de répéter cette phrase : les vrais adorateurs  adorent en esprit et en vérité. Adonaï ne doit pas être représenté.

Jean 4 :22 dit : « Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juif. »

 Devant ces statues, on adore vraiment ce qu’on ne connaît pas. Ces photos et statues ne sont pas arrivées par hasard.  Tout cela tire son origine de quelque part.

Dans leur religion populaire, les babyloniens vénéraient suprêmement une déesse et un fils qui étaient représentés en image comme un bébé dans les bras de sa mère. De Babylone, ce culte de la mère et de l’enfant s’étendit jusqu’aux confins de la terre. En Egypte, la mère et l’enfant furent révérés et vénérés sous le nom d’Isis et d’Osiris. Dans la Rome païenne, ils étaient Fortuna et Jupiter.

Lorsque la Rome impériale gagnait un peuple en guerre, elle emportait les dieux de ce peuple. Et l’empereur Constantin, qui fut le fondateur de l’Eglise Catholique Romaine, bien que se faisant appeler évêque du dehors (car il ne s’était jamais véritablement converti), trouva à la demande des païens venus dans l’église, une raison d’introduire ces statues de mère et de son fils dans les lieux de culte. Pour camoufler cette abomination, on les appela Marie et Jésus. Cette tromperie fut acceptée et les hommes continuent de les adorer aujourd’hui. Nous avons déjà souligné que ces photos ne sont pas les images réelles de ces derniers.

Ezéchiel 8 :12-14 nous dit : « Et il me dit : fils de l’homme, vois-tu ce que font dans les ténèbres les anciens de la maison d’Israël, chacun dans sa chambre pleine de figures ? Car ils disent : l’Eternel ne nous voit pas, l’Eternel a abandonné le pays. Et il me dit : tu verras encore d’autres grandes abominations qu’ils commettent. Et il me conduisit à l’entrée de la porte de la maison de l’Eternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz (une statue). »  

Dieu est formellement contre les images et les idoles. Il appelle cela méchantes abominations. Ezéchiel 8 :9-10 nous dit «  Et il me dit : Entre et voit les méchantes abominations qu’ils commettent ici ! J’entrai, et je regardai ; Et voici il y avait toute sorte de figures de reptiles et de bêtes abominables, et toutes les idoles de la maison d’Israël, peintes sur la muraille tout autour ».

Un jour, en passant par une cathédrale, j’ai vu une femme qui pleurait en embrassant une statue dite de Marie. Elle lui demandait d’intervenir pour que son fils sorte de la prison. Quel détournement de la vérité ! De telle prière peut-elle arriver au ciel ? Voici la réponse dans Ezéchiel 8 :18 « Moi aussi, j’agirai avec fureur ; mon œil sera sans pitié, et je n’aurai point de miséricorde ; quand ils crieront à voix haute à mes oreilles, je ne les écouterai pas. »

 La Bible en tire la conclusion par ces versets : « " Puisque vous n'avez vu aucune figure le jour où l'Éternel vous parla du milieu du feu, à Horeb, veillez attentivement sur vos âmes, de peur que vous ne vous corrompiez et que vous ne vous fassiez une image taillée, une représentation de quelque idole, la figure d'un homme ou d'une femme, ... " »  (Deutéronome 4.15-16)                        

IL N’Y A SOUS LE CIEL AUCUN AUTRE NOM

    marietop.gif   Dans le livre des actes des apôtres, nous lisons au chapitre 4, le verset 12 : «  Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés »

 S’il n’y a aucun autre nom, d’où vient-il qu’on ait de nos jours beaucoup d’autres noms tels que Marie, Joseph, les saints etc… ? D’où vient-il qu’on prenne Marie comme intermédiaire entre les hommes et le ciel ?  Il n’y a aucun verset de la Bible qui se réfère à la vierge Marie comme co-Rédemptrice et avocate de l’homme. Paul nous déclare : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme. » (I Timothée 2 :5). Jean aussi n’est pas resté muet à ce sujet. Il dit dans  I Jean 2 :1 «  Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du père, Jésus-Christ le juste. ».

 La prophétie annonça que le Messie viendrait de la maison de David. (Esaie 7 :13-14). Ce ne fut donc pas sa piété qui attira les regards de Dieu vers elle, car la Bible mentionne bien que tous ont péché (Romain 3 :23). C’est Joseph qui fut de la maison de David et non Marie. «… Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme… » Matthieu 1 :20. S’il fallait parler de mérite, cela irait directement à Joseph parce que dans la maison de David, ce fut sur lui qu’Elohim (Dieu) portât un regard favorable. Mais pour le salut des âmes, on ne peut parler du mérite d’une créature, car c’est par la grâce du créateur que nous participons à cette œuvre. Marie eut la grâce d’être la porteuse de Yéshoua (Jésus) le Messie, parce qu’elle fut la femme choisie par Joseph comme épouse comme je viens de le dire. Elle doit donc cette grâce de mère porteuse à Elohim (Dieu), puis à Joseph.

Selon l’enseignement de l’Eglise catholique Romaine, pour atteindre Jésus, il faut passer par sa mère. Car selon elle, l’enfant ne peut pas refuser ce que sa mère lui demande de faire. Cet enseignement ne repose ni sur la Torah, ni sur les évangiles. Elle repose uniquement sur la volonté de Satan de détourner les enfants de Dieu de Celui en qui résident le pardon et la miséricorde. Les choses divines ne reposent pas sur la logique humaine.

  1. Selon toujours cette église, la preuve que Marie peut être Médiatrice vient du fait que, pendant les noces de Cana, elle alla dire à son fils de faire un miracle pour qu’on ait du vin. Lisons ce passage et tirons-en profit. Jean 2 :1- 5« Trois jours après, il y eu des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples. Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : ils n’ont plus de vin… » Si ceci fut la première tentative de Marie de faire une médiation, la réaction de Jésus-Christ mit fin à  cet orgueil humain. Nous lisons la suite : « Jésus lui répondit: Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n’est pas encore venue ».  Marie comprit par cette mise en garde que, seule l’obéissance à Jésus résout  les problèmes. C’est pourquoi elle dit aux serviteurs : « faites ce qu’il vous dira. » Depuis cette première tentative et ce reproche, Marie n’avait plus jamais intervenu dans une affaire de médiation jusqu’à sa mort. Nulle part dans les écritures Saintes il est écrit que des personnes venaient voir Marie pour une quelconque médiation, ni avant sa mort, ni après sa mort. Ce que les disciples n’avaient jamais fait, ce que les apôtres n’avaient jamais fait, pourquoi voulez-vous le faire aujourd’hui ? L’apôtre Paul nous dit : «   Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! » Galates 1 :8

 Le Sauveur n’a placé personne pour lui dire ce qu’il doit faire. Il  reçoit tout le monde, même les petits enfants.  Il a versé son sang pour tout le monde afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. C’est pourquoi il est personnellement à l’écoute de chaque sauvé. Dire que c’est sa mère qui peut l’amener à agir en faveur des hommes est une manière de dénaturer l’amour que Christ a pour tous les hommes et le présenter comme un homme au cœur très dur. Or, quand il décida de venir souffrir pour l’humanité, Marie ne fut pas là. Est-ce après son sacrifice qu’il aura besoin d’un médiateur  entre lui et les hommes ?

Il nous dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » Il dit encore « Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le père soit glorifié dans le fils » Jean 14 :13. C’est ici le ‘‘laissez passer’’ que Le Seigneur Yéshoua a donné à tous ses enfants. Rien ne peut nous arrêter quand nous allons à lui.

LA SAINTETE DE MARIE

Je fus touché dans mon âme lorsque je me rappelais de ce que je récitais selon ce que le catéchiste m’enseignait, que Marie fut conçue sans péché. N’est-ce pas prendre Elohim (Dieu) pour menteur ?

La Bible ne mentionne nulle part la sainteté de Marie. Elle parle de la grâce. Cela confirme le verset de Romains 3 :10 qui dit qu’il n’y a point de juste, pas même un seul. Job dit à son tour : Comment l’homme serait-il juste devant Dieu ? (Job 25 :4). Dans le livre des rois, nous lisons : Il n’y a point d’homme qui ne pèche. (IRois 8 :46). L’ange de Dieu ne resta pas muet à ce sujet. C’est comme s’il sut que le problème de sainteté de Marie se poserait un jour. Il répéta par deux fois que ce fut par grâce qu’elle fut choisie. Dans Luc 1 :28 nous lisons : « L’ange entra chez elle, et dit : je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi. » Lorsque Marie fut troublée, L’ange répèta : «  Ne crains point Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. » Luc 1 :30 .

La grâce n’est pas un mérite. Elle montre tout simplement l’incapacité du bénéficiaire d’atteindre le but. Le juste ne reçoit pas une grâce. Au nom de quel péché ? Si donc une grâce est accordée à une personne, c’est que, comme je l’ai déjà souligné plus haut, cette dernière n’a pas le mérite. Marie, pour confirmer qu’elle n’avait pas mérité s’écria ainsi : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante… » (Luc 1 :48).

Etre vierge au moment de la conception ne veut pas dire qu’on est  sans péché. De tous les dix commandements, un seul est lié au mauvais usage du sexe. Et Jacques de dire : «  Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. En effet, celui qui a dit : tu ne commettras point d’adultère a dit aussi : tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d’adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. »

Un autre enseignement dit que Marie fut conçue sans péché. Cela veut aussi dire que ses parents furent sans péché. Mais nous avons tous vu que c’est un mensonge. C’est aller trop loin en faveur de l’adversaire. Marie elle même savait qu’elle avait besoin d’un sauveur quand elle s’écria : « Mon âme exalte le Seigneur, Et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur. » (Luc 1 :46-47). Avoir besoin d’un Sauveur signifie qu’on est en danger. Or seuls les pécheurs ont besoin de Yéshoua (Jésus) le Messie, et Marie en fut une.

Ainsi donc, la sainteté de Marie ne peut être soumise qu’à notre propre sainteté qui vient du sacrifice du Christ et de sa justice. L’Eglise du Christ est appelée sainte par les mérites de son sauveur. Personne sur la terre n’a eu le mérite de quoi que ce soit. Tout s’obtient par  la grâce d’Elohim (Dieu) notre rédempteur.

 LA VIRGINITE DE MARIE  

Marie fut bien vierge au moment qu’elle conçu du Saint-Esprit l’enfant Yéshoua. Sa virginité ne fut pas une exception. Car, 98%  des filles d’Israël  furent vierges, grâce à la loi qui interdisait à une fille de perdre sa virginité avant le mariage,  sous peine de lapidation. La parole sacrée nous dit dans Deutéronome  22 :13-21 : « Si un homme, qui a pris une femme et est allé vers elle, éprouve ensuite de l’aversion pour sa personne,  s’il lui impute des choses criminelles et porte atteinte à sa réputation, en disant: J’ai pris cette femme, je me suis approché d’elle, et je ne l’ai pas trouvée vierge, -  alors le père et la mère de la jeune femme prendront les signes de sa virginité et les produiront devant les anciens de la ville, à la porte.  Le père de la jeune femme dira aux anciens: J’ai donné ma fille pour femme à cet homme, et il l’a prise en aversion;  il lui impute des choses criminelles, en disant: Je n’ai pas trouvé ta fille vierge. Or voici les signes de virginité de ma fille. Et ils déploieront son vêtement devant les anciens de la ville.  Les anciens de la ville saisiront alors cet homme et le châtieront;  et, parce qu’il a porté atteinte à la réputation d’une vierge d’Israël, ils le condamneront à une amende de cent sicles d’argent,        qu’ils donneront au père de la jeune femme. Elle restera sa femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra.

  Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge,  on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi »

 

Cette loi de condamnation à mort par lapidation amenait chaque fille d’Israël à garder sa virginité non seulement par crainte de mourir, mais aussi et surtout pour ne pas déshonorer sa famille. Nous pouvons donc conclure que la virginité d’une fille en ce temps ne pouvait pas être prise comme signe des ‘’sans péchés’’ c'est-à-dire comme des saints.

.

Un autre l’enseignement dit qu’elle resta vierge toute sa vie. L’accouchement de l’enfant Yéshoua (Jésus) est un premier démenti.  Comment une femme après un accouchement peut-elle rester encore vierge ? Le second démenti vient du livre de Luc 8 :19-21 « La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver ; mais ils ne purent l’aborder, à cause de la foule. On lui dit : Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. » Marie a bien eu des enfants avec son mari Joseph. L’ange ne voulut pas enlever la femme de quelqu’un. C’est pourquoi il dit à Joseph : «… Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme… » Matthieu 1 :20.

  Tout est clair. Si Joseph devrait être privé de sa femme,  sa décision de rompre avec Marie devrait être encouragée par l’ange. Matthieu 13 :55-56 nous donne nominativement les noms des frères de Jésus et présente qu’il eut même des sœurs. Nous lisons : « …Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ?... »  Les hommes doivent arrêter de raconter des mensonges autour de la virginité de Marie. Elle fut la femme légitime de Joseph  et en tant que épouse, elle remplit toutes ses obligations conjugales. S’il y a une autre Marie restée vierge toute sa vie, il ne s’agit pas de Marie la mère de Jésus, mais d’une divinité païenne qui ne fut autre qu’une statue. Cette statue que nous voyons dans l’enceinte de certaines églises et dans des lieux déclarés saints par les adversaires de la sainte doctrine. C’est bien normal qu’une statue reste vierge pour l’éternité ! Oui, c’est cette Marie là ! Cette déesse païenne. Hélas !

MARIE FUT-ELLE RESSUSCITE

La Bible ne dit rien concernant la fin de Marie la mère de Jésus, tout comme de Joseph. Son dernier passage se trouve dans le livre des actes des apôtres au chapitre 1 verset 14, où elle est citée  parmi les apôtres et disciples à la chambre haute. Ce que nous savons en plus, c’est que l’apôtre Jean reçu l’ordre de la garder (Jean 19 :26-27). Il la prit chez lui. Mais ce qui est sûre, c’est qu’elle mourut tout comme Joseph, sans qu’Elohim (Dieu) ait besoin de faire noter sa mort dans les saintes écritures. Aujourd’hui, une dénomination enseigne sa résurrection et sa montée au ciel. Mais cet enseignement est-il soutenu par la Bible ? Je dis non pour plusieurs raisons.

   La première raison c’est le silence de Jean à ce sujet. Il fut le plus jeune des apôtres.  C’est lui qui prit soin de Marie après la mort de Yéshoua et il mourut en dernier. S’il y eut un évènement de cette envergure, il l’aurait mentionné.

   La deuxième raison c’est que l’histoire qui a révélé beaucoup de choses concernant les disciples de Christ pendant et après le premier siècle ne témoigne pas cette résurrection.

   La troisième raison c’est que ce n’est qu’au 19e siècle que cette doctrine fut validée par un  évêque de Rome qui raconta qu’il a vu en songe la résurrection et la montée de Marie au ciel.

    La quatrième raison c’est que toutes les prophéties concernant Marie et son rôle furent bien annoncées dans les prophètes. Et nulle part sa résurrection n’est  mentionnée pour avoir lieu avant le retour de Yéshoua. Cependant, nous sommes sûrs qu’elle ressuscitera au dernier jour pour la vie éternelle à cause de la grâce qu’elle reçue du père.

  • En 1950, Pie XII proclame la croyance en l'Assomption, dogme de l'église catholique : n'ayant commis aucun péché, dit-il, Marie est directement montée au Paradis, avec son âme et aussi avec son corps car épargnée par le péché originel (dogme de l'Immaculée Conception), rien n'oblige son enveloppe charnelle à attendre la résurrection des corps à la fin des temps (Constitution Munificientissimus, 1er novembre 1950). Mais rien ne rend crédible cette déclaration.

Nous pouvons donc conclure, au vu de toutes ces raisons citées plus haut, que Marie repose encore dans son sommeil de la mort en attendant le jour de la bien heureuse espérance, tout comme Joseph son époux.

LES APPARITIONS D’UNE MARIE

               Plusieurs pays dans le monde ont des endroits construits pour matérialiser le lieu où un individu ou plusieurs personnes auraient vu apparaître une femme dont certains lui donnèrent le nom de Marie la mère de Jésus. Ce qui est très étonnant et absurde, c’est qu’au deuxième siècle, aucun des vivants ne pouvait témoigner avoir vu Marie de son vivant, ni présenter une photo réelle d’elle. Et la question qui me vient à l’esprit maintenant c’est : comment des gens peuvent-ils identifier une personne dont ils n’ont jamais vu auparavant, ni physiquement, ni sur une photo ?  Pourquoi ne penser qu’à Marie la mère de Jésus seule et non à d’autres femmes qui ont aussi œuvré dans la Bible ? Pourquoi ne pas penser aussi à la présence d’un ange quelconque ? Imaginez que quelqu’un qui n’a jamais vu votre père défunt vous dise qu’il vient de croiser votre père sur une route ; Quelle serait votre réaction ? Croiriez-vous cet individu ? Mais s’il disait qu’il a rencontré un homme sur la route, cela ne vous poserait aucun problème. Les apparitions peuvent être vraies, mais l’identification fausse.

              Nous allons maintenant nous appuyer sur une des mises en garde du Christ pour faire la lumière sur ces apparitions dont une église en a fait sa propre affaire. Matthieu 24 :23 nous dit : « Si quelqu’un vous dit alors : le Christ est ici, ou : il est là, ne le croyez pas. »  Cette mise en garde révélait les apparitions comme celle dont nous faisons mention. Pour préparer le chemin à ses apparitions au nom de Christ, Satan a choisi de faire par l’intermédiaire de l’un de ses mauvais anges, des apparitions. Et il a inspiré des personnes pour lui donner le nom de Marie. Et soutenu par ses représentants de Rome, il inculque dans les têtes que Marie est bien vivante et peut apparaître pour des besoins salutaires. Ces apparitions ne sont qu’une copie certifiée conforme du spiritisme. (Cette doctrine qui enseigne une vie au milieu des humains après la mort).

En effet, ce n’est pas étrange dans mon pays d’apprendre que quelqu’un qui était mort est retrouvé quelque part en train d’accomplir une tâche. Je crois que cela est aussi monnaie courante dans plusieurs autres pays. Nous savons aussi que ce n’est pas difficile de revoir un être cher déjà mort en allant chez un spirite. Mais tout enfant de Dieu sait que, la personne qu’on présente, bien que ressemblant parfaitement à celui dont on veut voir, n’est pas un homme, mais un mauvais esprit.

Ce phénomène n’est pas nouveau sous le ciel. Nous allons voir dans la Bible, dans I Samuel 28 :3-16 un autre cas d’apparition. Le récit nous dit : « Samuel était mort; tout Israël l'avait pleuré, et on l'avait enterré à Rama, dans sa ville. Saül avait ôté du pays ceux qui évoquaient les morts et ceux qui prédisaient l'avenir. Les Philistins se rassemblèrent, et vinrent camper à Sunem; Saül rassembla tout Israël, et ils campèrent à Guilboa. A la vue du camp des Philistins, Saül fut saisi de crainte, et un violent tremblement s'empara de son coeur. Saül consulta l'Éternel; et l'Éternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l'urim, ni par les prophètes. Et Saül dit à ses serviteurs: Cherchez-moi une femme qui évoque les morts, et j'irai la consulter. Ses serviteurs lui dirent: Voici, à En Dor il y a une femme qui évoque les morts. Alors Saül se déguisa et prit d'autres vêtements, et il partit avec deux hommes. Ils arrivèrent de nuit chez la femme. Saül lui dit: Prédis-moi l'avenir en évoquant un mort, et fais-moi monter celui que je te dirai.

(Ici c’est la désolation totale. Celui qui hier était dans le camp de Dieu et qui avait chassé les employer de Satan revient encore vers elle pour consulter le démon. Hélas !)

La femme lui répondit : Voici, tu sais ce que Saül a fait, comment il a retranché du pays ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir; pourquoi donc tends-tu un piège à ma vie pour me faire mourir?  Saül lui jura par l'Éternel, en disant: L'Éternel est vivant! il ne t'arrivera point de mal pour cela. La femme dit: Qui veux-tu que je te fasse monter? Et il répondit: Fais-moi monter Samuel. (Remarquez encore ce qui est dit. Celui qu’on doit consulter doit monter de la terre et non descendre du ciel ! Preuve qu’il ne s’agit pas d’un Saint.)

 Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri, et elle dit à Saül: Pourquoi m'as-tu trompée? Tu es Saül!  Le roi lui dit: Ne crains rien; mais que vois-tu? La femme dit à Saül: je vois un dieu qui monte de la terre.  Il lui dit: Quelle figure a-t-il? C’est un dieu qui prend une figure de son choix. Et elle répondit: C'est un vieillard qui monte et il est enveloppé d'un manteau. Saül comprit que c'était Samuel, et il s'inclina le visage contre terre et se prosterna.

 Samuel dit à Saül: Pourquoi m'as-tu troublé, en me faisant monter? Saül répondit: Je suis dans une grande détresse: les Philistins me font la guerre, et Dieu s'est retiré de moi; il ne m'a répondu ni par les prophètes ni par des songes. Et je t'ai appelé pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire. Samuel dit: Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l'Éternel s'est retiré de toi et qu'il est devenu ton ennemi? »

La parole de Dieu nous fait savoir que Samuel était déjà mort quand Saül voulut dialoguer avec lui. Nous savons bien que les morts sont inconscients et Saül le savait aussi (Ecclésiaste 9 :5,10). Alors, qui aurait parlé à la place de Samuel ? Évidemment pas lui, mais un mauvais esprit déguisé en Samuel ! Ainsi se font les apparitions que nous apprenons il y a des années. Un dieu qui prend une figure de son choix ne peut en aucun cas être un homme, mais un esprit.

Tableau récapitulant certaines apparitions, les voyants et les lieux

 Toutes ces  personnes voyant des apparitions dites de Marie n’ont jamais vu une photo réelle de la mère du Fils de l’homme, ni  avoir été ses contemporaines. Et si c’est par rapport aux dessins et statues qu’on leur fait voir, elles se trompent largement car, ces dessins et statues diffèrent les uns des autres selon ses auteurs. On n’a pas toujours les mêmes visages.

Impossible donc de prétendre avoir reconnu Marie.

              Voici les titres que Rome donne à Marie : ‘’ L’Immaculée conception’’, ‘’La gardienne de la foi’’, ‘’ La Mère de l’Eglise’’, ‘’ La Dame de toutes les nations’’, ‘’ La Reine du saint chapelet’’, ‘’ La Reine du ciel’’ étc… Tous ces titres sont blasphématoires et ne visent qu’à détourner l’humanité de celui qui a versé son sang pour le salut de quiconque croit en Lui.

En conclusion, nous pouvons retenir avec raison que, ces apparitions dites de Marie ne sont que des apparitions de mauvais esprits. Bientôt on parlera aussi des apparitions de Jésus-Christ, bien que personne n’ait jamais eu une photo de lui. Et Christ nous mit en garde contre ces tricheries. Peut-être ce serait pour préparer l’arrivée de ce faux Christ que Satan, par l’intermédiaire de son représentant, prépare les têtes à accepter que ces esprits que nous voyons, seraient la manifestation de la mère du Fils de l’homme. Ce faux Christ apparaîtra pour confirmer l’abolition de la loi de Dieu et plusieurs doctrines anti-bibliques. Mais retenons que notre Sauveur nous a dit : « Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. » Matthieu 24 :23 Ceci est valable pour Marie sa mère qui se repose dans sa tombe.

 Marie a eu une grâce spéciale, mais elle ne peut en aucun cas se substituer au Messie qui est le seul médiateur et la seule victime expiatoire. D’ailleurs même, elle n’avait jamais durant toute sa vie voulu se substituer au fils d’Elohim. C’est Rome qui a bien voulu accorder cette place à sa déesse baptisée Marie pour détourner les esprits.

Que Elohim vous préserve de toutes sorte d'idolatrie.

Shaliah Jean-Pierre Nokam

 

Année

Période

Dénomination

Voyants

Lieu

Position de l'Eglise

850

 

Notre-Dame des Miracles

Marins espagnols

Utelle (France

 

Sur Notre-Dame d'Utelle :
http://perso.wanadoo.fr/immaculee/utelle.htm

1041 (?)

 

Materdomini

Une paysanne (Caramari)

Roccapiemonte (Italie)

 

1105

27-28 mai

Notre-Dame des Ardents

Normand et Itiers (ménestrels)

Arras (France)

 

Sur Notre-Dame des Ardents :
http://notredamedesardents.free.fr/accueil.htm

1240

 

La Mère du Pur Amour

Wilhelm Rosenberg (chevalier de Brno)

Vranov (Moravie

 

1241

 

 

Une fillette

Montoggio, près de Gênes (Italie)

 

1300

7 septembre

La Madone de Roverano

Deux fillettes

Borghetto di Vara (Italie)

 

1323

Septembre

Notre-Dame de Guadalupe

Un "vaquero"

Espagne

 

1336

29 décembre

Notre-Dame des Fleurs

Egidia Mathis

Bra (province de Cuneo, diocèse de Turin, Italie)

 

1426

7 mars puis
1° août 1428

La Madone de Monte Berico

Vicenza Pasini

Monte Berico (Vicence, Italie

 

1432

26 mai

 

Gioannetta di Pietro Vacchi

Caravaggio (Milan, Italie)

 

1442

8 septembre (1420 ?)

Notre-Dame de la Fontaine Sainte

Gonzalo Garcia

Cordoue (Espagne)

 

1469

 

La Vierge de l'Aubépine

Rodrigo de Baltzategi (berger)

Aranzazu (Espagne)

 

1484

2 juillet ---»
22 août 1485

La Madone des Grâces

Les sœurs Ricovera
Centaines de personnes

Santa Brigida (Italie)

 

1490

3 avril 5 et 18 mai et 26 avril 1869

Sainte Marie de la Croix

Caterina de Uberti
Centaines de personnes

Crema (Italie)

 

1490

29 août

Nostra Signora della Guardia

Benedetto Pareto

Monte Figogna (Italie)

 

Partager cet article

Jean-Pierre Nokam - dans RELIGION
commenter cet article

commentaires

melesville 26/12/2013

idole Marie

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog